«Innèce, le côté visible de l’iceberg de la déscolarisation au Burkina»

Un reportage de la RTB diffusé le 14 janvier 2017 a ému et fait réagir plus d’un sur les réseaux sociaux. Des réactions notamment sur le cas d’Innèce Songré, brillante élève de 17 ans qui face aux difficultés financières de sa famille, a abandonné les cours. Les faits au Kouritenga.

«Il faut travailler à ramener Ines Songré à l’école. Elle voit ainsi ses rêves de devenir médecin s’évanouir.» avait commenté sur son compte Facebook le journaliste de la RTB Fousseni Kindo. Un post partagé par plusieurs personnes, parmi lesquelles, la journaliste Basseratou Kindo qui fera une publication ce 16 janvier pour annoncer que suite à ce partage, Amed Moussa Diallo PCA de l’Institut Africain de Management (IAM) s’est engagé a payer les études de l’élève jusqu’au Master.

Basseratou Kindo.jpg

Bien avant cette annonce, il y’a eu cet autre post publié le 15 janvier sur la page  Facebook du ministère de la femme,de la solidarité nationale et de la famille. Il y était notifié que suite au reportage, la ministre Laure ZONGO/HIEN a réagi en dépêchant une équipe ce dimanche 15 janvier 2017 à Pouytenga. Le but de la mission : rencontrer la famille Songré afin de permettre à Innèce Songré de reprendre ses cours dès ce lundi 16 janvier 2016.

Si beaucoup se sont réjouis du dénouement heureux de la situation, d’autres poussent plus loin le débat. Des commentaires cette fois-ci, ceux des Facebookeurs Alidou Guira , Sid-Lamine Salouka et Cheickna Yaraman, tous trois du corps enseignant.

Alidou Guira (Censeur)
«Cette situation interpelle l’ensemble des acteurs sur la profondeur du degré de pauvreté que vive nos populations. Seulement je voulais ajouter une précision à l’élément de nos journalistes. Je ne doute point de l’intelligence de Songré. Elle est la première fille des établissements du continuum au niveau provincial et non la première fille au BEPC session 2016 du Kourittenga.Rien qu’à Pouytenga (département )la meilleure fille au BEPC session 2016 à été Kanazoé Mouniratou et elle fait la seconde C au lycée Municipal de Pouytenga. Elle a obtenu 405 points soit 16.87/20.
Vivement que ce reportage puisse interpeller nos autorités et des bonnes volontés à soutenir Songré et tant d’autres élèves vivants ces situations difficiles.»

Pour Sid-Lamine Salouka (Enseignant) : «INES, c’est LA FACE VISIBLE DU PHENOMENE DE LA DESCOLARISATION AU KOURITTENGA… ET AU BURKINA»

« Allons loin, prenons des mesures fortes » Cheickna Yaraman (Enseignant)

«Des pompiers pour sauver l’élève Innèce Songré! Tant mieux et ceux qui agissent avec sincérité sont à saluer. Mais c’est même pas arriver ! Chaque jour, des enfants du pays sont jetés hors des classes d’école, parce-que leurs parents n’ont pas des moyens pour payer leurs scolarités. Mais chaque jour des écoles poussent comme des champignons dans le pays. Quand l’éducation devient un business, plus rien ne devrait nous étonner.

Allons loin, prenons des mesures fortes et soyons une fois en passant responsables : en donnant l’opportunité à nos enfants, nos petits frères et petites soeurs d’être éduqués, d’être instruits. Sans cela, nos actions sporadiques et éphémères ne seraient que de l’hypocrisie et de la récupération. Brisons les idoles. Force et courage à nos millions d’innèce oubliés par un système pauvre d’humanisme.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s